Il arrive parfois dans la vie un moment où vos habitudes se trouvent ébranlées de manière aussi inattendue que brutale, que votre petit monde rassurant et protecteur explose et que vous vous retrouviez nu face au cruel et impitoyable inconnu.

Alors même que vous pensiez pouvoir apporter les solutions bien connues à des problèmes usuels, vous réalisez alors que cela est devenu totalement impossible et il faut alors, bon gré mal gré, vous résigner à faire ce choix qui prône sans doute parmi les plus courants et pourtant qui demeure le plus difficile à faire : l’abandon ou la poursuite de ses idéaux à l’aveugle.

Bien sûr la résignation est tentante, bien souvent lorsque ce choix s’offre à nous telle une évidence, notre combat pour nos convictions est déjà bien entamé et le désir de poursuivre ce dernier est largement contrebalancé par la remise en question de l’importance même de ces convictions, la fatigue induite par la bataille, et la peur dont nous oppresse l’inconnu.

Bien souvent de même poursuivre ce combat signifie le poursuivre seul, ceux qui étaient assez fou pour vous suivre jusque là ne peuvent cautionner plus avant vos actions audacieuses, et c’est alors que l’emprise maligne de l’inconnu sur votre psyché se fait plus forte encore.

Je l’avoue, il m’est arrivé parfois de succomber à l’appel de l’inconnu et de lui concéder la victoire, mais aujourd’hui je m’y refuse, quitte à employer des moyens démesurés j’irais jusqu’au bout du voyage et je verrais alors ce qui m’y attend.

Je n’espère pas que le résultat sera brillant aux premiers abords, après tout je pense que personne ne peut prédire ce qu’il risque d’arriver tant qu’il n’aura pas essayé lui-même (et même dans ce cas, la reproductibilité me paraît douteuse par rapport à la grande variabilité des évènements qui peuvent survenir), mais je pense sincèrement que le jeu en vaut la chandelle, surtout que je ne suis pas allé aussi loin pour simplement abandonner maintenant.

Allez je me lance, certains penseront que je suis devenu subitement fou, d’autres peut-être que je suis un génie, certains me verront comme un rêveur idéaliste et d’autres encore que la folie a toujours été présente en moi.

Miam miam

Miam miam


Quoi qu’il en soit, je vous souhaite un bon appétit les enfants.

Un bien couteau pour une bien petite boîte

Un bien grand couteau pour une bien petite boîte

Une victoire à savourer avec un cure-dent

Une victoire à savourer avec un cure-dent